Burqa de conscience

Publié le par 83600

 

Jean-Pierre Gauffre - (France Info)

  • Le débat sur le port de la burqa en France agite le monde politique, qui ne sait pas trop quelle attitude adopter sur la question... 

   Croyez-moi ou pas, mais le débat sur le port de la burqa est aujourd’hui totalement dépassé…

   Il faut se prononcer en faveur de ce vêtement féminin folklorique venu des confins de l’Afghanistan, symbole de liberté pour les uns, d’asservissement pour les autres… Car la burqa présente, à mes yeux, de nombreux avantages… Je m’étonne, par exemple, que les magazines féminins, souvent prompts à s’enflammer pour des modes éphémères autant qu’insipides, n’aient pas mis en avant l’aspect pratique de ce vêtement couvrant pour dissimuler quelques bourrelets disgracieux du plus mauvais effet au moment de l’année où nos compagnes ont toutes envie d’offrir leur corps au soleil ainsi qu’au regard concupiscent des potentiels violeurs en série, malgré quelques rondeurs inopportunes qui les plongent souvent dans les affres du désespoir, alors qu’une bonne burqa portée en toute circonstance les protège à la fois de l’exposition honteuse de leurs rotondités excessives et du regard concupiscent précité…

   Sans compter que la burqa est la seule véritable protection efficace contre les cancers de la peau, généralement dus, comme chacun sait, à une exposition prolongée et irresponsable au soleil…

   Mais le plus grand avantage que la France pourrait retirer du port généralisé de la burqa serait bien sûr économique… Quel merveilleux moyen pour relancer l’industrie du textile dans les Vosges ! Songez au métrage de tissu de toute sorte – coton, rayonne, lin, poil de chameau, pur nylon – nécessaire à la confection d’une burqa… Que dis-je, d’une garde-robe entière, car bien que grillagée et emballée de la tête aux pieds, la femme n’en garde pas moins sa coquetterie et souhaitera bien sûr posséder plusieurs burqas, en fonction des circonstances que lui propose sa vie sociale… Burqa sobre et chic pour le travail, burqa décontractée, pourquoi pas dans un imprimé frais et fleuri pour le week-end, burqa en lamé ou à paillettes pour les folles nuits en boîte…

   Sans compter que la forme terriblement post-moderne de ce vêtement folklorique peut se prêter pratiquement à tous les traitements ou à tous les détournements par nos petits princes de la mode… Pourquoi pas imaginer la burqa en fibre de carbone, ou mieux encore, la burqa en latex, pour toutes les audaces, dont la fabrication à base de caoutchouc pourrait redonner du travail et le sourire aux ouvriers de Michelin et de Continental réunis…

   Vous voyez donc aisément tout le profit dont pourrait bénéficier la France en permettant au port de la burqa de se développer chez nous, mais évidemment, vous n’êtes pas obligé de me croire…

Commenter cet article

kinou31-36 23/06/2009 15:40

Bonjour. Ca y est, je sais !!! Je me repère grâce aux avatars et comme le tien n'y est pas encore, je suis perdue. Bonne journée. @+

Arlette Perrot 22/06/2009 20:49

Excellent article, très drôle et plein d'idées...et je pense que l'on pourrait aussi lancer la bourka pour les hommes. Cela cacherait leur barbe de 3 jours qui prête a penser qu'ils ont peut être attrapper la grippe porcine...et aussi les les bourrelets disgracieux que l'on appele si joliment "poignet d'amour" et pourquoi pas présenter le journal télévisé sous une burka, cela éviterait de voir, certain présentateur, la chemise débraillées et coiffé comme un dessous de bras ! finalement, la burka, que des avantages, tout est possible...

kinou31-36 22/06/2009 20:44

Bonsoir. Je me demande en fin de compte si ce n'est pas toi qui as raison. Je n'ai pas de bourrelets à cacher mais, ça m'éviterait de me faire siffler dans la rue. MDR !! Maintenant, je vais aller me balader à Kandahar en mini jupe pour voir ce que ça donnera. PTDR !! Tu étais qui chez orange ?? Bonne soirée. @+

Marie la pie 21/06/2009 11:18

ravie de te revoir sur ce nouveau site, dès que je le pourrai je reviendrai te voir, en tout cas le ton est donné ne change surtout rien amitiés Marie